Projections et rencontres

Les projections-rencontres ont lieu du mercredi au dimanche à l’Auditorium du Muséum de Toulouse.

L’accès à toutes les projections est gratuit mais les places sont limitées, les tickets d’entrée seront distribués le jour même au Muséum.

Retrouvez aussi des projections et rencontres « hors les murs » dans les médiathèques de Labège, Auterive, Muret, le Lherm, Escalquens et Pins Justaret. Mais aussi à l’Envol des Pionniers et la librairie Ombres Blanches. Cliquez ici pour plus d’informations !


Mercredi 20 novembre 2019 : 

  • 14h00 – 15h30 : « Quand s’élèvent les voix de la Pachamama » présenté par Sylvie Brieu

Des Andes à l’Amazonie, Sylvie Brieu a voyagé à la rencontre des peuples autochtones et a pu remonter la piste des derniers Indiens non contactés. Son récit captivant nous fait partager le quotidien des descendants de grandes civilisations précolombiennes.

  • 18h30 – 19h30 : « Premier contact en Amazonie » présenté par Claudie Baran

Vale do Javari aux confins du Pérou, de la Colombie, et du Brésil (8.500.000 hectares). Cinq mois dans la forêt et la seule femme à avoir réalisé un premier contact avec une tribu dite isolée : Les Korubos.

  • 20h30 – 22h30 : « La plastification des océans » présenté par 7ème Continent

Expédition scientifique dans le Gyre de l’Atlantique Nord à la recherche du 7ème continent.


Jeudi 21 novembre 2019 : 

20h30 – 22h30 : « Archéologie participative au Mitaraka : Les Wayana sur les traces de leur histoire » présenté par Marie Fleury

Trois ans après « La planète revisitée » en Guyane, l’antenne du Muséum National d’Histoire Naturelle, a organisé un programme d’Archéologie participative avec les Wayana dans le massif du Mitaraka au coeur des Tumuc Humac. L’équipe de 6 personnes, composée, pour moitié de scientifiques et l’autre moitié d’experts issus de la communauté Wayana, s’est fixé pour objectif de retrouver les traces d’anciens lieux de vie amérindiens. En effet la génèse du peuple Wayana se situe dans ce massif au 18e siècle, et de nombreux sites archéologiques parsèment ce lieu mythique. Or, l’état des connaissances archéologiques du Sud de la Guyane, demeure encore assez mal connu en raison de son accès difficile. Cette collaboration entre archéologue, ethnologue, écologue et Wayana a permis de faire un lien entre mémoire orale, témoignages anciens et traces archéologiques et paysagères et de réaliser un inventaire des traces archéologiques de la zone prospectée. Des témoignages filmiques réalisés durant la mission sur le terrain illustreront les propos de Marie Fleury. Ils permettent de croiser les différentes approches scientifiques et ethnographiques.


Vendredi 22 novembre 2019 :

20h30 – 22h30 : « Trafics, les rubis des Khmers rouges » présenté par Olivier Weber

Bien que l’extraction soit interdite au Cambodge, la bourgade de Pailin fait un commerce florissant de l’extraction des rubis, saccageant au passage les forêts du pays. Derrière le trafic, les anciens Khmers rouges.


Samedi 23 novembre 2019 :

  • 13h45 – 15h15 : « Amazonia, voyage en terres indigènes » présenté par Anaïs Bajeux et Ildomar Tikuna

Sans être le poumon de la planète dont on l’affuble, l’Amazonie joue cependant un rôle important dans la régulation du climat mondial. Déforestation et changement climatique sont intimement liés et mettent en péril les dernières civilisations dépendantes de ce patrimoine naturel. A l’heure où il devient critique pour notre planète de changer notre mode de vie et de consommation, nous avons voulu comprendre l’impact de nos activités humaines sur les communautés indigènes.

  • 15h30 – 17h15 : « Forêts tropicales : diversités en péril » présenté par NatExplorers et Igapo Project
 Dans le cadre de la programmation des Rencontres Ville/Handicap de la ville de Toulouse, cette projection sera retranscrite en langue des signes.

« Mégadiversité ». Ce terme résume à lui seul la place prépondérante occupée par les Tropiques. Diversité culturelle d’abord : sur les 6 900 langues parlées dans le monde, 85% le sont dans les Tropiques. Diversité biologique ensuite : 78% de la biodiversité s’y localise, essentiellement dans les forêts tropicales. A l’heure où ces écosystèmes sont vidés de leurs occupants humains et non-humains, quel devenir pouvons-nous collectivement dessiner pour les forêts tropicales ?

  • 20h30 – 22h30 : « Adaptation au coeur des extrêmes » présenté par Christian Clot

En 2015, Christiant Clot créé le HUMAN ADAPTATION INSTITUTE et met en place le programme d’expéditions 4×30 jours dans les milieux les plus extrêmes du globe. L’objectif : étudier, en collaboration avec plusieurs grands laboratoires européens, les capacités cognitives et physiologiques d’adaptation de l’humain au cours d’expéditions dans les milieux les plus extrêmes de la planète.


Dimanche 24 novembre 2019 :

  • 10h30 – 12h00 : « Les pygmées Baka au Cameroun » présenté par Emmanuelle Grundmann

Le voyage d’Emmanuelle Grundmann et de Cyril Ruoso chez les pygmées Baka, un peuple chasseurs-cueilleurs au sud-est du Cameroun, pour témoigner d’une culture dont le sort est intimement lié à celui de la forêt, pour comprendre le rôle essentiel de ce milieu à l’échelle de la planète, et pour sensibiliser le lecteur sur la gestion raisonnée des forêts et sur leur sauvegarde. Car « la forêt est mère de la vie. La sauver, c’est nous sauver nous-mêmes ».

  • 13h00 – 13h45 : « Deux explorateurs, deux fabriquants d’images livrent leurs secrets » présenté par Luc Marescot et Etienne Druon

Plongez dans les secrets de fabrication d’un scénariste qui passe du documentaire au cinéma pour un film engagé et les secrets d’un dessinateur voyageur qui passe du papier au documentaire pour rendre hommage à la beauté du monde et des hommes.

  • 14h00 – 15h30 : « Poumon vert et tapis rouge » présenté par Luc Marescot

Afin d’aider un botaniste dans son combat pour les forêts primaires, un documentariste, passionné de nature, décide de faire un film de cinéma pour mobiliser l’opinion. On le suit dans son entreprise, empreinte de malice, de naïveté et de moments inattendus.

  • 15h45 – 17h15 : « Chercheur d’âmes » (par Julien Belin) présenté par Etienne Druon

Depuis plus de 20 ans, Etienne Druon, carnettiste, passionné par l’Amazonie, arpente et dessine cette région qui l’a tant fasciné depuis son enfance. Riche d’expériences aussi fortes que singulières, il s’attache à rendre hommage à la beauté du monde, de l’homme, dans ses facettes les plus mystérieuses.

Les commentaires sont fermés