Remise du Prix Littéraire Terres d’Ailleurs

Dimanche 11 février 2018 à 15h a eu lieu la remise du Prix Littéraire Terres d’Ailleurs, au Muséum de Toulouse.

Francis Grass, Adjoint au Maire de Toulouse et Président de la Commission Culture de Toulouse Métropole, Francis Duranthon, Président du Muséum d’histoire naturelle de Toulouse, et Cathy Desplas, directrice de l’association Délires d’encre, étaient présents pour remettre ensemble le Prix au lauréat :

Hervé Barmasse, alpiniste, pour son magnifique ouvrage La montagne en moi, publié aux éditions Guérin Chamonix/Paulsen en 2016.

Josée Massié, membre du jury du Prix Littéraire, a ensuite pris la parole pour introduire Hervé Barmasse.

La montagne en moi est un récit d’aventures qui a touché le jury du Prix par son humanité.
Hervé Barmasse fait vivre aux lecteurs les drames qu’il a affrontés mais aussi les moments de contemplation et de sérénité qu’il a vécus au sommet des montagnes. Sa passion pour l’alpinisme et l’intensité de son courage lui ont permis de relever des défis qui paraissaient inatteignables.
Les épreuves que l’auteur a surmontées l’ont amené à développer une réflexion sur lui-même et sur la vie passionnante à découvrir au fur et à mesure qu’on apprend à le connaître.
Avec une grande humilité, Hervé Barmasse immerge les lecteurs dans son univers grâce à un très beau récit, porteur d’une forte charge émotionnelle.

Sa conférence est à l’image du livre avec, en plus, l’émotion dans la voix et des images époustouflantes.

L’alpiniste revient sur les éléments marquants de son parcours : sa naissance en l’absence de son père, parti en montagne alors que sa femme allait accoucher, ses années de compétition de ski et son grave accident, son expérience en tant que moniteur de ski puis une ascension déterminante avec son père au sommet du mont Cervin, qui transformera sa vie et sa vision de la montagne. Il redécouvre ce que signifie « être heureux » et se consacre alors à sa passion : l’alpinisme.

Les extraits vidéos transportent le public à plusieurs milliers de mètres d’altitude dans différents massifs à travers le monde, le long d’une cascade gelée en Patagonie ou encore au sommet du mont Cervin, la montagne de prédilection d’Hervé. Les vues sont saisissantes, mais les dangers sont très grands. On ressent véritablement le vide sous ses pieds, on a peur pour lui quand la roche s’effondre. Il l’avoue lui-même : il a été « chanceux« .

Hervé a tout appris à l’école de la montagne. Il entretient des relations très fortes avec elle, la respecte et a appris à déchiffrer ses codes. Chaque risque est pesé, réfléchi. S’il a le choix, il « choisira toujours la vie« . Mais malgré ses exploits, Hervé garde la tête froide et rappelle qu’il n’est pas un « héros« .

Dans le public, on s’interroge. Quel est l’avenir de l’alpinisme ? Voit-on les effets des changements climatiques ? Que penser des courses contre la montre ?

Oui, Hervé observe un réchauffement global qui impacte directement les glaciers en réduisant leur taille. Le fait qu’il y ait encore de la neige dans les Alpes n’est pas une preuve de l’absence de réchauffement climatique. Pour lui, l’important n’est pas de faire la meilleure performance mais de garder la montagne propre, sans laisser de traces derrière son passage qui pourraient polluer l’environnement. Sa motivation, il la trouve dans le bonheur qu’il ressent à chaque fois qu’il est en montagne et en rien d’autre. L’alpinisme n’est pas une compétition avec les autres, mais un challenge avec soi-même qui permet de tester ses limites, d’apprendre à mieux se connaître et de découvrir un environnement extrême et exceptionnel, qui mérite d’être conservé intacte. Le récit et les images d’Hervé donnent envie de découvrir l’alpiniste et de passer plus de temps en montagne. Grâce au partage de ses expériences par son livre et sa conférence, il contribue à développer une plus grande culture de la montagne et ainsi à la protection de cette dernière.

Son mot de la fin ? Nous encourager à nous lever chaque matin en ayant en tête un projet qui nous rende heureux, que ce soit de l’alpinisme ou autre chose.

Hervé répond patiemment à chacune des questions, mais l’heure de la fin de la conférence approche. Une séance de dédicaces clôture l’événement et permet à chacun de pouvoir aborder l’alpiniste et de lui faire signer son ouvrage.

Les auditeurs sont repartis avec des flocons de neige plein les yeux et un livre à dévorer de retour chez eux.

Cette rencontre fut l’une de celles qu’on n’oublie pas de sitôt au festival Terres d’Ailleurs.

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés